Dans le cadre du "Contrat Territoire et Lecture" de la Communauté des communes Causses Aigoual Cévennes avec la DRAC Occitanie, organisé par la Filature du Mazel pour sa mission Lecture Publique.
« Tire-toi de mon herbe Bambi !» par la compagnie - La cour singulière:
- Le vendredi 18 septembre 2020 , 18h30 au foyer communal de Soudorgues
- Le samedi 19 septembre 2020, 18h à la salle communale de Dourbies
- Le dimanche 20 septembre 2020,15h30 à la salle communale de Saint André de Majencoules
Petite fable loufoque et métaphorique autour de l’esprit de propriété, la peur de l’autre mais aussi ode à la nature, à sa grâce, à sa puissance. Ce théâtre d’objets et de marionnettes sur table présente un combat épique entre l’esprit de propriété et l’instinct sauvage. Cette petite forme sans paroles allie de façon ludique, poésie visuelle et humour noir.
Organisé par les bibliothèques municipales et la Filature du Mazel.

Intervention dans les écoles de Soudorgues et Lasalle

Dans le cadre du réseau de lecture publique de la Communauté des Communes Causses Aigoual Cévennes.

Suite du Polard en territoire écrit par les enfants avec Karine Bergami Auteur

Illustration du texte par les enfants avec Benjamin Courtault, illustrateur.

En résidence à la Filature du Mazel, le groupe
Naïma Quartet
Jjazz vocal en préparation d'un nouvel album.
Avec John Owens, Jules Le Risbé, Thomas Domene et Naïma Girou.

Accueil en résidence  Muriel Holtz
Passage du solo....au trio avec Axel Perney et Fanny Bouteiller
Organisé par Bouge Tranquille.

 

 

 

 

 

Résidence à la Filature du Mazel de la compagnie OVNI

(Objets Vécus, Narrations Interactives) pour leur nouveau spectacle "Bivouac".
avec Jeanne Fleury, comédienne et Dion Doulis, écriture.

Accueil en résidence de la Cie de l'Ombrage
pour son projet "Frontières", création originale en cour pour papier découpé et violon.
La compagnie a été sélectionné par le collectif d'accompagnement en Cévennes pour l'année 2019/20.

Installation pour le tour de France au Vigan:

Création et idée originale, Jeanne Bourrat et Ophelie Pauchet,

Coordination Claire Schneider pour la Filature du Mazel

Avec l'usine Well et la Mairie du Vigan.

 

 

 

Dans le cadre des "Vacances aprenantes",

organisées par l'Education national, programmation d'ateliers Land Art avec les écoles de Valleraugue, Notre dame de la rouvière et de Breau. Organisés dans le cadre du Parcours Land Art avec Céline Pialot et Guth Jolie des Ateliers des Monts Brumeux et avec la Filature du Mazel.

Évènementiel Land Art, le mercredi 26 aout
à partirde 10h par "Les Ateliers de Monts brumeux" et la Filature du Mazel.
Soutenu par la Drac Occitanie, le Parc national des Cévennes et la Communauté des communes Causses Aigoual Cévennes Terres Solidaires.
Le mercredi 26 août:
- A 10h au sommet du Mont Aigoual, initiation au Land Art sur fond de patrimoine local, travail avec la pierre au sommet.
- 12h15 - 14h, repas tiré du sac ou au restaurant de l'Aigoual sur réservation au 04 67 82 62 78.
- A 14h à Prat Peyrot, initiation au Land Art au cœur de la forêt. Travail avec le bois sur fond de magie et de conte.
- A 17 heures, vers l'entré du parcours, spectacle du Cirque Leucque, "EPIPHYTE" .
Il a la volonté d'emmener le public dans un univers futuriste et poétique en proposant un spectacle chorégraphique sur un arbre mélangeant danse, cirque et histoire botanique.
Il interroge notre rapport avec le monde végétal, est-il vivant? doit-on s'en préoccuper?
Il nous questionne sur la pollution atmosphérique, manquerons nous d'oygéne si nous ne cessons pas nos activités extra humaines ? Comment imaginer créer de l'air pur ?
Inscription au 06 01 07 65 43
Dans le cadre du parcours Land "Les balcons de l'Aigoual",
exposition photo de Caroline Houal "Les yeux, charmant paysage" à la maison du Parc national des Cévennes de la Serreyrède, partenaire du projet, du 4 août au 1er novembre.
Un portrait de Charles Flahault, personnage discret mais profondément investi dans son œuvre de reboisement de l'Aigoual fin du XIXème - début du XXème siècle.

Résidence organisée par les Elvis Platinés à la Filature du Mazel,

pour le spectacle "Bien, reprenons", de la compagnie Le détachement International du Muerto Coco

Théâtre musical.
Pièce pour Voix off, clarinette, clarinette basse, MAO.
Un seul-en scène à la croisée du musical, du sonore et du théâtral.
Jeu, composition, écriture : Roman Gigoi-Gary.
Régie son : Arnaud Clément.
Regards extérieurs et accompagnement artistique : Raphaëlle Bouvier, Maxime Potard, Marc Prépus.

Résidence Pop Up de Won Jy à la Filature du Mazel.
Un projet déambulatoire.
Organisé par Julien Bouissou et soutenu par la DRAC Occitanie.

"Pratiques de recherche et réalisation de l’action" organisé par l'association "Stage Art Performance ", du 30 juillet 09:30 au 1 août 18:00.

 

Ce stage s'adresse à tous les publics, aux artistes professionnels et amateurs de toutes disciplines et étudiants en arts vivants et arts-visuels. L'atelier, basé sur l'expérience artistique et pédagogique de l’intervenant, permettra à chacun de se perfectionner dans la pratique de ce médium singulier.

Sur le principe d'expérimentations individuelles, d’échanges collectifs et de retours critiques, nous étudieront plusieurs thématiques et modes, permettant aux participants d’appréhender la construction de l’action. Les stagiaires exploreront des pistes personnelles, et présenteront une performance en fin de stage. Nous mettrons également en perspective la pratique au sein d’une démarche artistique à venir.

 

 

 

En résidence la Compagnie de l'arpent,

pour son spectacle "La plante des pieds".
Une pièce chorégraphique pour 3 êtres vivant, deux danseuses et un arbre.

RESIDENCE A L'USINE WELL
Avec Jeanne Bourrat et Ophélie Pauchet plasticiennes.

L’édition 2020 du Tour de France prévue le 2 septembre passera par Le Vigan pour une fin d’étape à l’Aigoual.
C’est dans ce cadre que l’usine Well a contacté la Filature du Mazel pour mettre en place une œuvre emblématique du savoir faire de l’entreprise en bord de parcours au Vigan.

La Filature a déjà travaillé avec l'usine lors d'une résidences d’artistes en 2018 à la Filature du Mazel, pour l’installation de 2 sculptures monumentales à partir de collants et de cônes de fils,
Un moment artistique qui a marqué les esprits des participants, autant du côté des artistes que des ouvriers, par la qualité du travail artistique et par la coordination fructueuse au sein de l’usine.

Aujourd'hui les artistes sont en résidence au sein de l'usine même avec un atelier mis a disposition pour la réalisation de l’œuvre. Les artistes et les ouvriers tricotent leurs savoirs faire, dans l’atelier de bas pour la fabrication de tube de maille (jambe de collant) en grandes longueurs, l’atelier de teinture (pour la teinture jaune), l'atelier couture pour la création de jambes monumentales et le service de maintenance des machines pour la soudure.

Nous sommes heureux de cette initiative qui valorise la culture au sein d'une entreprise. Un vraie projet de territoire.

 

 

Journée de découverte du parcours Land art

Organisé par la Filature du Mazel avec le Parc National des Cévennes, les Ateliers des Monts Brumeux et Natura tous pour l'accueil de personnes handicapés en joëlette.

 

 

 

Résidence Pop Up de Jihane Khelif.

Un travail plastique photo et peinture.
Organisé par Julien Bouissou et soutenu par la DRAC Occitanie.

 

 

Bandit Bandit en résidence à la Filature du Mazel.
https://www.youtube.com/watch?v=yh6abxwoTzA

Exposition photo du parcours Land Art 

Caroline Houal:

"Les yeux, charmant paysage"

 

Du 1er au 31 juillet 2020 au Restaurant du Domaine de Cluny 30570 Saint André de Majencoules.

 

Du 1er aout au 31 octobre 2020 à la maison du Parc national des Cévennes de la Serrèreyde de l’Aigoual

 

1er novembre 2020 au 31 décembre 2021 à la médiathèque de Florac (48)

 

1er février au 31 avril 2021 au théâtre de l’Albarède de  Ganges (34)

 

 

 Le naturaliste est un scientifique qui étudie végétaux, animaux, minéraux, dans le milieu dans lequel il se trouve. Il s’immerge dans un paysage, observe et documente l’environnement ; il le parcourt pour en comprendre le fonctionnement, définir des clés de lecture et des éco-systèmes. Dans cette démarche, le rôle du regard est fondamental puisque il est un outil du travail scientifique : identifier les essences ou variétés de plantes, observer l’orientation des pentes, étudier la nature des terrains... Charles Flahault est un botaniste de la fin du XIXème-début du XXème siècle. Son nom est étroitement associé au Mont Aigoual de part sa participation active au reboisement du massif. Il recherche notamment les essences les plus à même de s’enraciner dans le terrain pelé des contreforts des Cévennes. C’est sur le site de l’arboretum de l’Hort de Dieu qu’il mène ses recherches : un laboratoire à ciel ouvert, situé à quelques centaines de mètres sous le sommet de l’Aigoual. L’Hort de Dieu, ou « jardin de dieu », est à la fois un lieu d’étude et d’accueil. Charles Flahault y fait restaurer un vieux chalet pour y héberger ses étudiants de l’Institut botanique de Montpellier lors de voyages d’observation, ainsi que sa famille lorsqu’il y séjourne pour ses travaux scientifiques. Il est un homme de terrain et un pédagogue passionné. Il documente scrupuleusement ses voyages d’étude, notamment à l’aide de prises de vue stéréoscopiques : la photographie « 3D » de l’époque. Ainsi, montagnes, arbres, falaises peuvent être perçus en relief avec une infinie précision. Les archives départementales, les archives de la bibliothèque interuniversitaire de Montpellier, entre autres, sont riches de ses écrits, de son fonds photographique, de l’herbier qu’il a constitué au fil de ses herborisations (collectes de végétaux sur le terrain pour constituer un herbier). Mon travail photographique s’est passé entre recherche documentaire, enquête pour comprendre ce personnage, et retour sur les lieux. A plus de 100 ans de distance, nos chemins se sont croisés sur ces montagnes avec une même tension : celle de transmettre une curiosité et une appétence pour l’observation des paysage. C’est une part de moi-même que j’ai mis dans cette série photographique très condensée qui a pris la forme d’un docu-fiction : imaginer un carnet que Charles Flahault aurait tenu en 1902 lors d’un voyage d’herborisation au Mont Aigoual. La série photographique réunit des indices et documents sur le paysage : carte géomorphologique, caillou ramassé sur l’Aigoual, fiche horaire de trains, relevé des essences de fleurs.... Si certaines images présentent des documents d’époque, d’autres ont été élaborées pour cette série et sont donc fictionnelles. Elles n’en sont pas moins authentiques en ce qu’elles croisent le regard du photographe et du botaniste qui observent notre environnement dans un même élan. En creux, c’est un portrait de ce personnage discret mais profondément investi dans son œuvre que j’ai voulu réaliser, et également une réflexion sur le statut de l’image photographique : qui parle au travers de ses images ? de qui avons nous le point de vue (le botaniste, la photographe...)? Qu’est-ce qu’un « document » photographique et en quoi est-il authentique ?

 

"Les Balcons de L'Aigoual" 2020/21, 4 nouvelles installations.
Au total 14 œuvres installées sur une boucle de 7km à partir du 1er juillet 2020.
« Arbres feuilles » d’Alain Bernegger"
Les Arbres-feuilles utilisent la structure nervurée pour établir une résonance graphique entre l’arbre et la feuille. Le changement d’échelle joue comme l’écho inversé de cette structure fractale. Au changement de saison, les rameaux dénudés opposeront leur hiver à l’été éternel des 3 Arbres-feuilles.
« Gardien des bois » de Raphaël Daynié
Cette œuvre symbolise un homme en symbiose avec son écosystème, veillant sur la nature environnante. Dans cette ère de l'anthropocène, l’influence de l'être humain sur son environnement, l’homme façonne et malmène une terre qu'il pense mise à sa disposition. Ce gardien évoque un lien possible, rêvé, dans lequel l'homme se considère comme un élément de la nature, œuvrant pour un développement en étroite union avec son environnement.
« Cellule » de Marie Gueydon de Dives
L’œuvre Cellule est une architecture naturelle et une réalisation artificielle qui représente un passage entre les mondes intérieur et extérieur. Poser ou opposer en interrogeant les notions de limite, de porosité et d’ouverture.
« Archéosmart » de Marc Limousin
Des empreintes de Smartphones affleurent sur des rochers, tels des fossiles du temps présent qui deviendront des énigmes pour les temps futurs. Ces pierres gravées, à l’instar des cupules et autres témoignages rupestres de la région, nous dévoilent l’histoire révélée dans la matière et résonnent avec cette formule de Malraux : «L’avenir est un présent que nous fait le passé»

 

 

 

Accueil en résidence

la compagnie Malamba pour son spectacle de danse pluridisciplinaire accompagnée par Cam aux Milles productions pour une captation d'image intégrée au spectacle.


Résidence du 15 au 20 juin de la Compagnie Microssillon 

pour la création de leur nouveau spectacle "MORTEM".
Soutenus par la DRAC Occitanie et le département du Gard.

 

 

 

La Compagnie Spectra en résidence

du 8 au  12 juin pour son nouveau spectacle

"Phlibert song writer of the world"

Les associations "Les belles de l'Art", "Cosmopolite" et "Mondus Inversus" en résidence:

Dans la continuité du travail engagé lors des années précédentes pour le festival des’’ Arts dans la rue’’ de Valleraugue, cette séance photos est réalisée dans un univers de’’ boîte à poupée".

Les prises de vue se feront dans le costume de votre choix reprenant le thème de la poupée Barbie et votre ressenti, en positif ou en négatif, de cet univers.

Retrouvez la Barbie ou l’anti Barbie qui sommeille en vous, créez votre costume.

Ces photos seront exposées pour les "Arts dans la rue" de Valleraugue au mois de mai.

Laurence Soulard, Laetitia Prunier, Eric Vans de Godoy et F.Lloancy

 

"Le travail que j’ai engagé depuis 2 ans est sur l’assignation du genre et sur l’état de violence et d’amour ainsi que sa consommation dans des espaces donnés avec pour objet en ready made la poupée Barbie.

Autour de ce sujet 4 performances ont été crées et un travail plastique engagé avec des dessins, des photos et des installations"

Laurence Soulard,plasticienne.

 

Une salle toute neuve

équipée son et lumière.

La Filature du Mazel, Les Elvis platinés et le Planing familiale du Gard organisent: "Faites pas genres":

Les 7 et 8 mars à la Filature du Pont de Fer de Lasalle (30)

 UN WEEK-END À PRIX LIBRE,  AVEC AU PROGRAMME : DES SPECTACLES, DES PERFORMANCES, DES LECTURES, DES RENCONTRES.........

AUTOUR DE LA QUESTION DE L’ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

SAMEDI 7:

16h00 - 16h35 : - «Même si ça brûle» - Lecture d’Anne Lefèvre

16h55 – 18h10 : « Punctum Diaboli » - Cie des Oubliettes

Théâtre clownesque sur la persécution des femmes

à partir de 18h30h : Soirée festive animée par DJette Boomerang

DIMANCHE 8 MARS :

à partir de 10h : Installation œuvre plastique évolutive et participative par un groupe de plasticienne

11h30 - 13h - Table ronde sur la question de la place de la femme dans le monde du travail

13h – moment repas convivial pour échanger ou se restaurer !

14h30 - 14h45 : «L’Or Bleu» - Performance d’Eve Fouquet

15h - 15h45 : «Même si ça brûle» - Lecture d’Anne Lefèvre

16h30 - 18h : « Leçon d’impertinence : Travailler autant pour gagner moins »  -        Be Zou